Quand le pardon vient frapper à votre porte – partie 1

mai 15, 2013 dans À propos de Nathan Malory, Réflexions

Je ne sais pas vous, mais certains se posent des questions existentielles : « Quelle glace je vais prendre aujourd’hui ? Vanille ou chocolat ? », d’autres encore s’interrogent — quel dilemme ! — sur la paire de chaussures qu’elles doivent acheter. Rouges ou noires ? (Ne souriez pas, ça existe vraiment et pour les femmes, c’est EXISTENTIEL !). En général elles prendront les deux…pardon…les quatre :-)
Je sens que je vais me faire plein d’amies sur ce coup là… Pas taper, pas taper  :-)

Ces derniers mois je me suis, pour ma part, interrogé sur le pardon.
Eh oui, c’est une question comme une autre ! Quelle est donc cette étrange bestiole connue des uns et pas des autres ? Pourquoi, ou comment certains font-ils pour pardonner pendant que d’autres n’y arrivent pas ? Peu importe qu’ils essayent ou pas d’ailleurs. Qu’est-ce que le pardon ? A quoi ça peut bien servir ? Peut-tout tout pardonner ? Sur quels critères ? Doit-on attendre que la personne nous demande pardon pour pardonner ou pas ? Le pardon a-t-il un prix ? Doit-on attendre d’avoir pardonné pour pardonner ou faut-il d’abord pardonner pour pardonner ? Y a-t-il une clé, et si oui, où peut-elle bien se cacher ?

Je vous assure, ce sont de VRAIES questions qui m’ont torturé l’esprit pendant des mois ! Un questionnement qui ressemble d’ailleurs davantage à un voyage dans un tunnel tellement on semble avancer dans l’obscurité au fur et à mesure que l’on avance ; mais avec l’espoir — un peu quand même — de trouver une certaine lumière. Une lumière pas si évidente que ça à trouver car le pardon semble tout autant universel que relatif.

La démarche inverse est tout aussi pertinente. Demander pardon peut, au fond, être tout aussi difficile que de pardonner. Dans un cas comme dans l’autre, il me semble important de considérer, et ceci de manière égale, autant sa propre position que celle de l’autre personne.

Au cours des derniers mois, je me suis donc interrogé. J’ai lu (Arendt et Jankélévitch entre autres). J’ai assommé les gens de mes questions, un peu comme un enfant curieux de comprendre quelque chose qu’il venait juste de découvrir : « Dites, pour vous c’est quoi le pardon ? ». J’ai également provoqué des rencontres…au point de rencontrer un prêtre, moi qui suis radicalement athée, en plus d’être rancunier, pour avoir le regard d’un homme de foi. J’en ai fait du chemin !

La quête du pardon vous interpelle ? Alors, ne ratez pas la suite dans un prochain billet… :-)

Share

Témoignages emballés en cadeaux

avril 6, 2012 dans À propos de Nathan Malory, Être écrivain, Réflexions, Témoignages, Un peu de poésie, Œuvres littéraires

Je suis surpris.

J’ai des retours de mes lecteurs sur mon recueil de poésie. Logique.

Tellement logique que je ne m’y attendais pas… J’aurai dû pourtant ! Je m’en veux. :-)

Il y a des gens que je connais. D’autres un peu moins. Et d’autres qui sont de parfaits inconnus !

Ces « inconnus »…je n’ai pas du tout eu le réflexe de les encourager à me contacter par la suite pour me donner leurs impressions. Ils l’ont fait de leur propre initiative. Je penserai dorénavant à leur demander de me raconter ! Pour avoir encore plus de retours ! Et puis c’est plus sympa. C’est une façon de faire du tricot avec les cœurs. Transformer des rencontres éphémères  et tisser des liens.

Je ne parle pas de liens superficiels comme on en voit tant maintenant dans notre société globale. Non.

Je parle de vrais liens, basés sur l’essentiel, sur des échanges profonds. C’est-à-dire sur l’âme humaine. Ceux-là mêmes qui manquent justement. Construire et pas seulement profiter, c’est ça aussi changer la vie. Et changer la société chacun à son niveau.

Quoi qu’il en soit, tous ces gens, connus et inconnus, qui ont pris la peine de me faire ce cadeau, ont tous un point en commun. Ils m’ont lu.

J’avoue que c’est un peu nouveau tout ça pour moi. ça fait drôle !

Et…

Ils m’ont offert leurs témoignages.

Ils m’ont dévoilé leurs ressentis.

Ils m’ont raconté leur voyage.

À l’oral ou à l’écrit.

Je les ai entendus et lus à mon tour.

Tiens ? Les cadeaux seraient-ils revenus à la mode ?…

Mais grâce à eux, j’ai eu une idée ! Celle de créer un livre d’or pour chacun de mes recueils car ce qu’ils ressentent est vraiment beau ! Pas envie de garder juste pour moi. Mais au contraire partager. C’est la moindre des choses que je puisse faire pour les remercier ! :-)

Merci à vous lecteurs, qui me donnez de nouvelles idées et m’encouragez à continuer !

Share

Mon esprit mon pays !

mai 30, 2011 dans Travaux en cours, Un peu de poésie, Œuvres littéraires

 

Ayant perdu mon chemin en route

Je m’en suis allé

À la recherche de mon identité

 

À l’instar de Christophe Colomb

J’ai entamé ce nouveau périple

Et découvert un nouveau monde

 

De personnes en rencontres

De rencontres en découvertes

Et de découvertes en relations

 

J’ai alors exploré cet ami

Qui sommeillait en moi

Et qui m’était inconnu

 

Quel choc !

D’une rencontre aussi soudaine

Mais ô combien attendue

 

Je croyais avoir trouvé mais en fait non

J’ignorais encore que ce n’était que le début

D’un voyage beaucoup plus long et plus lointain

 

Au fur et à mesure de nos échanges continus

J’ai commencé à te connaître

Toi mon ami de toujours

 

J’ai appris et toi aussi

Et d’un seul regard échangé

Nous avons tout compris

 

Nathan Malory – Travaux en cours, éditions Arkhadia

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

Share

La mort a un visage

avril 11, 2011 dans Poésie souffrance, Recueil "Tourbillon", Un peu de poésie, Œuvres littéraires

 

Peu de gens prennent le temps de penser à elle

Par crainte, par ignorance ou par superstition

J’sais pas, j’me suis toujours posé la question

 

Experte du tourisme final

Elle a toujours voyagé en solitaire

Proposant des billets unitaires

 

Depuis des siècles et des millénaires

Elle a toujours traversé le temps

Fière de sa dictature autoritaire

 

Coquette, elle a toujours su prendre soin d’elle

Et même avec une loupe, vous trouverez pas une ride

C’est comme ça qu’elle a toujours été, très sûre d’elle

 

Dedans ou dehors

Devant ou derrière

Elle est toujours là à côté de toi

 

Que tu sois dans la rue

Dans un café, ou dans ton lit

Elle plane toujours à côté de toi

 

De jour comme de nuit

Elle t’observe

Comme si elle te défiait du regard

 

Des fois je pense à elle

Pas du tout pour la défier, mais juste pour l’approcher

Et tenter de l’apprivoiser

 

J’ai toujours eu envie de faire un brin de causette avec elle

Apprendre à la connaître

Et puis qui sait, devenir ami avec elle

 

Des fois je la croise

Au coin d’une rue

Ou à la table d’un café

 

Elle me fait un petit clin d’œil

Depuis le temps qu’on se connaît

C’est presque devenu une habitude

 

Nathan Malory – Recueil « Tourbillon », éditions Arkhadia

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

 

Share

Histoire d’une…

mars 29, 2011 dans Poésie souffrance, Recueil "Tourbillon", Un peu de poésie, Œuvres littéraires

 

Larme

Telle une âme errante emprisonnée

S’efforçant en vain à s’échapper

De ces entrailles papillonnantes et fécondes

 

Dans cette expédition dont on ne revient pas

Elle lutte contre cet adversaire inconnu

Remonte avec courage les courants

Déchire les vagues

 

Désespérée de trouver un chemin

Plongée dans les abysses

De cette épaisse obscurité

Sans fin

 

Boum, boum, boum

Encerclée par ce vacarme assourdissant

De cette chaleur bouillonnante

Elle continue sa quête

 

Se dirige vers ce cap étroit

Étranglée par ces mouvements serrés

Elle se laisse emporter fatiguée

Plus de courage, plus de force

 

La fin du voyage touchant à sa fin

Elle s’apprête à accoster

Se bat encore une dernière fois

Et meurt

Avant de franchir ce rideau humide et froid

 

Nathan Malory – Recueil « Tourbillon », éditions Arkhadia

Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

 

Share

« L’homme qui n’aimait pas les femmes » – Millenium 1 de Stieg Larsson

mars 1, 2011 dans Coups de ♥, Lectures et critiques littéraires

 

Mars 2011

L'homme qui n'aimait pas les femmes de Stieg Larsson


« Un journaliste économique, Mikael Blomkvist, rédacteur et actionnaire de Millénium, son propre journal, est condamné pour diffamation envers un industriel très important. C’est un homme cassé, qui a perdu sa crédibilité journalistique et pour qui les ennuis financiers s’annoncent. Henri Vanger, ancien industriel puissant, contacte Mikael Blomkvist et lui confie un dossier vieux de plus de quarante ans, sur la disparition de sa nièce, vraisemblablement un meurtre. »

J’avais entendu parler de la trilogie Millénium (50 millions d’exemplaires vendus en 5 ans !) écrite par Stieg Larsson il y a longtemps déjà, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de la découvrir personnellement. C’est maintenant chose faite ! Pour un premier polar nordique, j’ai été e-n-c-h-a-n-t-é ! Voilà une bien belle découverte qui me donne envie de découvrir davantage la littérature scandinave, qui alimentera la production de billets futurs.

Pour ce qui est de Millenium 1, j’ai tout de suite été plongé dans la Suède contemporaine. Sentiment qui m’a d’ailleurs ramené quelques années en arrière où j’avais été séduit (je le suis toujours !) par l’étude de la langue et la culture suédoises à l’université. La lecture de ce premier tome m’ayant convaincu de m’y remettre sérieusement afin d’avoir le plaisir de le relire un jour dans la langue d’Odin ! Plus de 500 pages donc, lues en moins d’une semaine, avalées même… Un livre qui se serait transformé en page turner si je n’avais pas découpé volontairement sa lecture. J’ai passé quelques jours en Suède sans quitter ma chambre, un vrai bonheur ! Prochaine étape à noter dans mon agenda : réserver un billet d’avion et découvrir ce beau pays !

Mais cette immersion intérieure s’est révélée bien plus qu’un simple voyage touristique ! J’ai également découvert une intrigue extrêmement bien montée, lente et bien construite dont il est difficile, dès le départ, d’avoir une idée précise sur le dénouement (que je vous laisserai découvrir !). On se laisse guider par les indices laissés ici et là et on se prend au jeu de suivre l’enquête de Super Blomkvist ! Un personnage que j’admire !…

On le sent « authentique ». Un réel plaisir de découvrir un personnage de fiction aussi « réel », comme s’il existait vraiment. C’est d’ailleurs un regret car j’aimerais beaucoup le rencontrer dans la réalité. Une totale admiration pour de si belles valeurs. Un caractère déterminé, une rage d’aller jusqu’au bout des choses et une droiture et une éthique de plus en plus difficiles à trouver dans notre société moderne, pour ne pas dire quasi-inexistantes malheureusement… Si seulement il existait davantage de personnes comme Mikael Blomkvist, le monde se porterait beaucoup mieux ! Bref, un personnage attachant, qui inspire et qui donne envie de le suivre…

Mais le jour serait-il le même sans sa compagne la nuit ? Pas sûr ! Et bien entendu, Mikael Blomkvist ne serait pas Mikael sans Lisbeth Salander, autre personnage principal de l’histoire. Une femme surprenante, avec un sacré caractère ! Elle aussi très réelle avec un perfectionnisme obsessionnel (autre qualité rare dans notre société !). Un personnage que l’on découvre au fur et à mesure, parfois déroutant, auquel on s’attache également et qui forme avec Mikael un point de mire de par la relation qui s’instaure entre eux et qui relie finalement deux mondes très différents, teintée d’un profond respect et d’une haute estime entre les deux protagonistes. Des personnages vivants et qui évoluent : quel bonheur !

En conclusion, j’ai découvert un auteur, un univers, et un beau livre ! J’ai hâte de lire le deuxième tome !

Je tiens aussi à souligner une originalité très intéressante, informationnelle et instructive : chaque première page de chapitre comporte une donnée statistique sur le thème de la violence dont les femmes sont victimes en Suède. En tant qu’ardent défenseur des femmes depuis toujours et farouchement dégoûté et écoeuré par la lâcheté des hommes, j’applaudis personnellement ! Pour moi, un écrivain se doit d’être engagé. Bravo à l’auteur de participer à une juste dénonciation et d’assumer ses positions de façon humaine et intelligente !

 

Extraits :

[...] Et Lisbeth Salander, elle, était tout aussi crédible sur cette image qu’une pelle mécanique dans un salon nautique. Armanskij avait du mal à s’habituer au fait que son plus fin limier soit une fille pâle, d’une maigreur anorexique, avec des cheveux coupés archicourt et des  piercings dans le nez et les sourcils. Elle avait un tatouage d’une [...]


[...] Le rapport était comme toujours d’une minutie quasi scientifique, avec des notes en bas de page, des citations et des indications exactes des sources. Les premières pages retraçaient le passé de l’objet, sa formation, sa carrière et sa situation économique. Ce n’était qu’à la page 24, dans un paragraphe intermédiaire, que Salander lâchait la bombe des escapades à Tullin, sur le même ton objectif qu’elle utilisait pour dire qu’il habitait une villa à Sollentuna et qu’il conduisait une Volvo bleu marine. Pour étayer ses informations, elle renvoyait à une annexe volumineuse, avec des photographies de la fille mineure en compagnie de l’objet. [...]


[...] « Ignore ton ennemi quand il s’excite, n’oublie jamais rien et rends-lui la monnaie de sa pièce quand tu en auras l’occasion. Mais pas maintenant quand il est en position de force. N’accepte jamais un combat quand tu es sûr de le perdre. Par contre ne laisse jamais s’en tirer quelqu’un qui t’a démoli. Sois patient et riposte quand tu seras en position de force, même si tu n’as plus besoin de riposter. »

Et vous ? Avez-vous lu ce premier tome ? Qu’en avez-vous pensé ? Qu’avez-vous aimé (ou pas) ? Je vous invite à tapoter les touches de votre clavier pour donner votre avis !

Share

Le recueil « Tourbillon » – 4ème de couverture

janvier 31, 2011 dans Recueil "Tourbillon", Œuvres littéraires

Curieux de la nature humaine, Nathan Malory a toujours observé et écouté la vie et les gens. Une souffrance ressentie. C’est avec conviction et des mots simples qu’il a pris un risque pour son premier ouvrage « Tourbillon ». Comment vivre avec la souffrance ?

« Tourbillon » est ouvertement provocateur, puissant, intense et extrême. Un recueil dont l’ambition est d’atteindre le facteur commun à tout individu. Comme disait Lamartine :

« Les mêmes souffrances unissent mille fois plus que les mêmes joies. »

Voici donc une union qui vous conduira à travers le périple tortueux des profondeurs les plus sombres de votre âme. Simplement un voyage vers et pour soi-même, celui d’oser affronter ses démons intérieurs et de livrer bataille. Un voyage du cœur et des tripes. Un voyage au cœur des épreuves de la vie qui nous détruisent. Des morts successives qui nous changent pour nous rendre encore plus forts. Un voyage initiatique pour nous transformer en guerrier de la vie.

 

Share

Le bonheur en citation

janvier 2, 2011 dans Citations et aphorismes de Nathan Malory

 

Le bonheur est comme une chasse au trésor. C’est un voyage parfois long, semé de bons et de mauvais moments, de bonnes et de mauvaises rencontres. Chaque événement vécu étant une épreuve qui permet de mieux y goûter quand on l’a trouvé. Attention cependant ! Car une fois découvert, il reste encore à être enrichi et cultivé.


Share
Empowered by My Advanced Settings, by Xhanch Studio