Faire naître et faire vivre un personnage de roman

juin 1, 2011 dans Écrire un roman, Être écrivain, Romans, Travaux en cours, Œuvres littéraires

 

Lorsque j’ai commencé à penser mon thriller d’anticipation (pour 2013), de nombreuses questions me sont venues à l’esprit. Devrais-je écrire juste comme ça vient ? Ou alors construire une sorte de « charpente de l’histoire ? ». Comment bien écrire un dialogue ou une narration ? Comment imposer un rythme, le contrôler, et le varier ? Quels effets de style utiliser ? De quelle façon ? Quels messages faire passer ? Etc. Autant de domaines (la liste est non exhaustive) que d’aptitudes à maîtriser dans l’écriture d’un tel exercice littéraire. Et c’est bien là, l’un des points faibles du métier d’écrivain. Dans une équipe, chacun a sa place avec une expertise bien précise. L’écrivain, lui, se retrouve tout seul. Difficile, voire impossible donc, d’être omniscient et d’exceller dans l’étendue — vaste — de toutes les compétences requises de ce métier qui, comme toute profession, passe par un apprentissage ! Mais il n’y a pas d’école d’écrivains. Soit on fait partie de ces artistes, rares, nés avec un don inné qui leur donne une avance certaine dans leur art, soit on apprend sur le tas. On acquiert au fur et à mesure. On teste, on marche à tâtons, on continue, ou on corrige et l’on fait partie des nombreux « autres », laborieux ; ceux-là mêmes qui évoluent, sans don particulier, uniquement à force de travail, de persévérance, de sueur… L’adage ne dit-il pas : « C’est en forgeant que l’on devient forgeron » ? Mais ces derniers sont-ils vraiment reconnus ? Le mot « artiste » existe. Mais pour ces « autres », plus ou moins anonymes ou connus, selon leur réussite, la chance, ou le « savoir-vendre »…? Qu’en est-il au niveau de la sémantique ou de la lexicologie ?

Parmi toutes les compétences à maîtriser en tant qu’écrivain, il en est une, quasi inévitable, que celui des personnages ! Vaste sujet. C’est celui que je traiterai dans ce billet aujourd’hui dont le premier point qu’il me semble important de souligner est celui, non pas de « créer » mes personnages, mais de les « faire naître » pour les faire vivre !

La différence peut paraître subtile mais elle ne l’est pas tant que ça. Pour moi, on peut créer quelque chose, de statique, ou de figé, s’entend. Un peu comme une statue. Seulement voilà, cette statue ne va ni se lever, ni penser, ni relever des défis. Elle peut certes, être une oeuvre d’art, mais pas une personne. Or l’idée n’est pas de créer un simple personnage qui serait « comme ci » ou « comme ça » mais de le penser dans une perspective d’évolution. De rendre ce personnage dynamique et suffisamment authentique et crédible pour le rendre vivant ! En ce qui me concerne, j’ai d’abord pensé aux personnages principaux, les héros ! Je les visualisais, et j’avais une idée — assez vague au départ — de leur apparence et de leur caractère. On est naturellement inspiré par notre propre sensibilité, notre vécu, notre histoire, nos goûts et nos héros. Quoi qu’il en soit j’avais mes statues ! Et j’étais arrivé à la fin de la première étape, spontanée, on dira. J’étais bien avancé, mais j’aspirais à devenir un Gepetto ! Qu’allait-il leur arriver comme tuiles ? Quels défis allaient-ils relever ? Comment seraient-ils au début du roman, et à la fin ?…

Je devais donc affiner ces ébauches, et j’ai cherché un moyen clair et structuré de peaufiner mes personnages. J’ai créé pour ce faire une fiche personnage, aussi complète que possible que vous trouverez ci-dessous. Puisse-t-elle aider ceux et celles qui écrivent ! Elle n’a nullement la prétention d’être parfaite mais je pense qu’elle couvre au moins la plupart des caractéristiques que l’on peut trouver dans la création d’un personnage de fiction. Si vous avez d’autres idées, je vous invite à les partager ! :-)

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de dévoiler/expliciter chacun de ses aspects ! Certains éléments peuvent être suggérés, d’autres volontairement omis pour laisser au lecteur une certaine liberté dans son propre imaginaire. Il est quand même important qu’il puisse, lorsqu’il lit, se faire son propre cinéma intérieur. Lequel sera différent d’un individu à un autre. Les personnages, leurs réactions, et le contexte n’ayant pas le même sens pour chacun de nous. On s’identifiera (ou pas !) à tel ou tel protagoniste ; on ressentira de l’attirance ou au contraire du rejet. Question qui mérite d’être posée si on souhaite (lors de l’écriture) montrer certain constats de la nature humaine. Doit-on (ou peut-on ?) créer un personnage qui correspondra très exactement à ses propres désirs (qui peut plaire ou pas !) ou bien ce dernier sera-t-il biaisé par ce que l’on souhaite mettre en lumière ? L’exploration (et la révélation) de certaines facettes de notre espèce humaine est un travail délicat, mais cependant nécessaire pour une évolution collective…

Je m’arrête ici pour aujourd’hui puisque j’arrive à la fin de ce billet ! La suite étant l’objet d’un article à venir sur le rôle de l’écrivain dans la société, qui passe, entre autres, par un travail considérable de recherche et de témoignages. D’ici là, je vous laisse découvrir ma fiche personnage !

 

Etat-civil :

Nom :

Âge :

Situation familiale :

Lieu de naissance :

Lieu de résidence :

 

Relations Famille :

 

Traumatismes :

Grandes étapes de sa vie : (préciser âge et circonstances)

 

Attitude face à la mort, à la vie, politique, social, racisme, guerre, alcool, drogue etc. :

Système de valeurs et philosophie de vie :

 

Langues parlées :

 

Attributs particuliers :

 

Traits de caractère :

 

Ce qu’elle/il montre d’elle/de lui :

Ce qu’elle/il cache :

 

Apparence physique :

Origines ethniques :

Couleur des yeux :

Forme du visage :

Taille :

Corpulence :

Attitude physique :

 

Façon de s’habiller :

 

Accessoires :

 

Qualités :

Défauts :

 

Façon de se comporter :

Façon de parler :

Voix :

 

Formations/études :

Vie professionnelle :

 

Religion :

 

Orientation socio-politique :

 

Vie sexuelle :

 

Talents particuliers (artistiques et/ou techniques) :

 

Passions :

 

Pratiques d’un sport :

 

Ce qu’elle/il aime :

Ce qu’elle/il déteste :

 

Ce qu’elle/il aime manger ou pas :

 

Défis personnels à relever dans l’histoire :

 

Défis à relever par rapport à l’intrigue :

 

Ses rêves dans la vie :

 

Ses secrets :

 

Evolution du personnage dans l’histoire :

 

Ce qu’elle/il doit inspirer au lecteur et le message à transmettre :

 

Inspirations héroïnes/héros :

 

Share